Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 16:46
Une figure du radicalisme local nous a quitté.

Le Cercle Edouard Herriot de Lyon a apprit avec tristesse la disparition de Simone Cottin, membre d'honneur de notre Cercle dont les obsèques ont eu lieu mercredi 6 juin à Villefranche ville où elle a été élue conseillère municipale durant quatre mandats, elle a été adjointe au maire dans la municipalité d'union de la gauche, de 1977 à 1989, en charge des finances.

Nous retiendrons d'elle ses présences chaleureuses à nos réunions, (même si le temps les a rendues rares),sa mémoire du radicalisme local et son engagement pour les amitiés Franco-Moldave.

Très attachée aux valeurs que représente la mémoire d'Herriot, ce fut une grande militante de la Laïcité, de l'Education publique et des droits de l'homme.

A sa famille et à ses proches les membres du Cercle Herriot présentent toutes leurs condoléances .

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 12:13
Le bureau historique du Président Herriot menacé ?

Le samedi 2 avril avait lieu le traditionnel hommage à Edouard Herriot au square Jussieu.

Lors de lette cérémonie du 59° anniversaire de la disparition du Président (26 mars 1957), Patrice Schondorff, président de la fédération Lyon Métropole du Parti Radical nous a fait part de sa crainte de voir la disparition probable du bureau historique du Président Herriot. En effet ce bureau se trouve dans un immeuble de la rue d'Algérie qui appartenait jusqu'à il y a peu aux Hospices civils de Lyon et qui a été repris par un investisseur privé depuis quelques temps. Il a été demandé au Parti Radical Valoisien qui occupe encore les locaux de bien vouloir libérer les locaux dès que possible. Azedine Haffar, président de la Fédération du Rhône du Parti Radical de Gauche a estimé qu'au delà des clivages politiques le famille radicale pouvait se retrouver pour la préservation de cette mémoire commune.

Le Cercle Edouard Herriot,, association patrimoniale, va très prochainement rassembler les héritiers historiques du Maire emblématique de Lyon pour envisager les actions à mettre en place pour préserver ce local de mémoire.

Un rendez vous a été sollicité auprès de Gérard Collomb actuel maire de Lyon.

Eric POMMET

Président du Cercle Herriot

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 14:26

mam dardilly.preview

Rassemblement pacifiste pour exiger la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de la Grande Guerre.

Le rassemblement pour la réhabilitation des soldats fusillés pour l'exemple durant la guerre de 1914-1918 aura lieu le :

Le Lundi 11 novembre 2013, à 14h devant le Monument aux morts de Lyon, sur l'Ile du Souvenir au parc de la Tête d'Or.


Le point de rendez-vous est à l'entrée principale du parc, à 13h30

 

 

Organisé le Comité du Rhône de l’Association Républicaine des Anciens Combattants, la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme et l’Association Laïque des Amis des Monuments Pacifistes du Rhône

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 15:05

La MJC de Vaulx en Velin, l'Association Mémoires et la Ville de Vaulx en Velin proposent une exposition de présentation du sculpteur Salendre (1890 - 1985) du 16 au 30 septembre

Vous êtes invités à visiter l'exposition "Georges Salendre, artiste sculpteur"

du Lundi au vendredi de 14h à 20h à la MJC de Vaulx en Velin 13 avenue Henri Barbusse - 69120 Vaulx en Velin

Renseignements : 04 72 04 13 89 (Bénédicte ou Eric)

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 15:44

Nous étions une quinzaine ce samedi 31 aout pour rendre hommage au fondateur de notre Cercle : Auguste PINTON.


Le dernier week end de l'été 2013 (de plus très ensoleillé) une saison politique qui s'annonce très chargé, l'énergie collective du Cercle qui s'émousse, des obligations familiales ou professionnelles...... les raisons sont nombreuses pour expliquer cette faible affluence, comme étaient nombreux les amis et personnalités qui s'était fait excuser (au moins aussi nombreux que les présents). C'est pourquoi nous nous refusons à croire que le temps puisse avoir quelque effet que ce soit sur la mémoire que nous portons à nos grands hommes et en particulier à ceux qui ont tant fait pour l'action politique ou sociale, au niveau local et national.

En plus d'être le fondateur de notre Cercle, Auguste Pinton est de ceux ci .

C'est pourquoi j'ai rappelé à cette occasion 3 dates : 22 aout 1984, mort d'Auguste Pinton, 3 septembre 1944 libération de  Lyon, et plus modestement 25 mars 1965 fondation du Cercle Edouard Herriot. C'est à dire que la saison prochaine en huit mois nous aurons à célébrer : les 30 ans de la mort de notre fondateur, puis les 70 ans de la libération de l'Hotel de Ville de Lyon (et on connait toute la part qu'y a prit Pinton) et pour finir le Cinquentenaire de notre Cercle.

De quoi garder la mémoire bien présente et des pistes de projets seront bientot proposées pour l'entretenir.

A suivre....


Pinton-2013 8735 r

Mme Roset, représentait le Maire de Lyon, M Haffar la Fédération du Rhône du Parti Radical de Gauche.

Voir album de l'évènement

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 14:12

Une petite vingtaine de personne était présente au square Jussieu pour ce 56° hommage à Edouard Herriot depuis sa disparition. Nous fûmes il y a quelques temps plus nombreux. Il est vrai qu'en ce week end de Paques beaucoup s'étaient excusés. Nous serons plus nombreux en 2014, j'e prend le pari ....

Dans le contexte actuel je voulais associer la mémoire d'Edouard HERRIOT à une reflexion d'aujourd'hui qui me tient à coeur, la Refondation de l'Ecole de la République. Voici mon intervention

Hommage-2013 0343-1Le 26 mars 1957 disparaissait Edouard Herriot.  56 ans après sa mort,  nous sommes toujours là, devant l’œuvre d’André Tajana pour fidèlement honorer sa mémoire, comme mardi dernier étaient réunis au cimetière de Loyasse les Amitiés Radicales et Républicaines autour du Président Batailly. Au delà de la respectueuse admiration que nous portons à l’égard de ce  grand homme d’état, à l’homme de lettres et de bons mots,  à l’académicien, à l’homme de Sciences et de culture, au delà de l’estime affectueuse que nous avons, comme chaque lyonnais, pour l’homme généreux et chaleureux, épris de raison et de justice, le laïc attaché a la défense des droits de l’homme et à la libre pensée, l’homme qui conduisit la ville,  sa bonne ville de Lyon pendant 52 ans. Au delà d’un simple devoir de mémoire, nous sommes là pour témoignerla vitalité et la modernité au quotidien de sa pensée politique. Une pensée  qui a traversé le XX siècle, et dont le caractère visionnaire fait qu’aujourd’hui elle est toujours aussi présente et pertinente. «La pensée est comme la flamme, elle ne diminue pas en se communiquant » nous dit-il, aussi portons cette flamme pour éclairerr demain.Multiples sont les domaines dans lesquels la pensée du président c’est exercée mais son domaine  de prédilection fut sans conteste « l’éducation nationale ». Et à l’heure de l’ouverture du débat sur la Refondation de l’Ecole de la République tournons nous vers le plus illustre représentant de cette «République des professeurs» qui vit des normaliens se succéder aux affaires sous la III° République avec Paul Painlevé, Léon Blum, André Tardieu… Dès 1926 Herriot est ministre de l’instruction publique du gouvernement Poincaré. C’est alors qu’il porte ses efforts pour mettre en place ce qui avait été le mot d’ordre des radicaux du début du siècle, « l’école unique ». Une progression continue du primaire au secondaire et au supérieur. Une idée bien entendu attachée au précepte de laïcité mais également assortie du principe de gratuité de l’enseignement. Il revient en 1932 à la tête du gouvernement et transforme le vieux ministère de l’instruction publique en ministère de l’éducation nationale avec toute la symbolique que ce changement d’intitulé comporte. Anatole de Monzie son ministre d’alors explique, que l’éducation nationale est synonyme d'égalité scolaire et de développement de la gratuité et qu’en somme "l’éducation nationale" consacre l’Ecole unique. L’expression qui date de la fin du 18e siècle sera remise en cause pendant les premiers mois du gouvernement de Vichy, où l'instruction publique fait sa réapparition, mais sera vite rétablie dès 1941.

Dans le débat qui s’ouvre aujourd’hui loin des questions de planning ou de calendrier, au-delà de la simple définition des rythmes, plus que  les apprentissages de savoirs nécessaires à la construction intellectuelle,  c’est donc bien d’éducation qu’il s’agit, pour  lutter contre les effets de cette société en crise, qui jalonne d’obstacles nos parcours et freinent les rêves et les espoirs des nouvelles générations. L’éducation de nos enfants est une responsabilité partagée, il faut rapidement  installer le débat avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, les enseignants, les parents, les associations de parents d’élèves, les éducateurs et animateurs, les associations culturelles et sportives, les différents services municipaux. La refondation de l’école se doit de rebâtir fondamentale la réussite scolaire et éducative des enfants. L’action de l’Ecole publique doit complétée par les pratiques d’Education populaire  dans un  cadre d’analyse et d’évaluation commun et dans  une cohérence des  interventions de chacun. Une continuité éducative qui doit structurer l’ensemble des acteurs qui interviennent sur les temps de l’enfant. C’est un vaste chantier essentiel et enthousiasmant, il faut l’entamer au plus vite.

Une fois n’est pas coutume c’est par les mots d’un curé, un comble pour un radical que j’introduirai ma conclusion. Il s’agit de l’Abbé Callon, l’oncle d’Herriot qui commentant les proverbes anciens confiait à son neveu enfant : "Mon fils, garde le commandement de ton père, et n’abandonne point l’enseignement de ta mère, tiens-les continuellement liés à ton cœur, attache-les à ton cou". 

Sachons nous nous inspirer des enseignements d’Édouard Herriot, lui qui a su conservé fidèlement tout au long d’une vie publique, honnête, laborieuse et féconde, tant dans les sentiments de l’homme que dans les actes d’un chef de Gouvernement, la marque d’un cœur généreux.

Je vous remercie.

 

Je vous remercie - Eric POMMET Mars 2013

Cliquez sur ce lien pour voir l'article du Progrès de notre ami Briard

 

 

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 10:47

UN PRESBYTERE EMPREINT DE LA PRESENCE D'HERRIOT !

 A l'invitation de la mairie de St Pouange, village d'enfance d'Edouard Herriot, notre Cercle a participé, en ce week end de Pentecote 2010, à l'inauguration de la "Maison de la Culture Edouard Herriot".

Installée dans l'ancien presbytère dans lequel Herriot à grandi, elle rassemble une collection d'objets ayant appartenu au Président ou évoquant sa mémoire. Cette collection a été rassemblée par la fille d'Edouard Herriot, Suzanne Collon Bérard,  qui vécu les dernières années de sa vie dans cette maison dont elle avait l'usufruit. 

    Cette cérémonie, à la fois simple et solennelle, nous a donné l'impression de mieux    appréhender l'intimité du grand homme d'état. Cette "Champagne pouilleuse" qu'il  décrit en particulier dans "Jadis", ce charmant village "glayolat" où il a grandi entre sa mère Jeanne Eugenie, sa grand mère et son oncle l'abbé Collon , tout résonne  ici d'un autre Herriot, que celui que nous connaissons et admirons à Lyon. C'est un peu comme si nous avions fait partie de sa famille.

Photo de famille Cliquez sur l'image pour accéder à l'album photos

 Emotion également par la présence de Michel et Etienne Berard , fils de Suzanne et petits fils du Président, emotion encore, lorsque Etienne  évoqua les moments passés avec sa mère au presbytère de St Pouange, ses souvenirs de "Pépé Président" et de "Tante Blanche" à Lyon ou au Chateau de Brotel.

Une journée, qui, bien plus qu'avoir été une journée de mémoire restera gravé dans les coeurs.


  Articles déjà publiés sur le blog. En 2008 nous avions publié une série d'articles de presse plus ou moins anciens évoquant la jeunesse d'Edouard Herriot et sa région natale. Ils étaient tirés du site du village de St Pouange. Vous pouvez les retrouver en cliquant sur les liens si dessous :

-  L'enfance d'Herriot

- L'enfance d'Herriot (suite)

- La descendance d'Herriot

- Herriot : l'enfant surdoué de St Pouange

- Herriot à St Pouange

 

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 20:13
Notre ami Sylvain BOUCHET qui nous a déjà confié quelques articles nous en fait parvenir un nouveau qui vient d'être publier dans le BMO, intitulé "La politique sportive d'Edouard Herriot" tout simplement!Tony-garnier.jpg

Cliquez sur l'image pour lire l'article 

 

Notez également que Sylvain soutien son doctorat vendredi 12 février à 14h30 au Musée des Moulages. Je compte sur le Cercle pour  lui témoigner notre sympathie en allant le soutenir.
Cliquez ici pour télécharger l'invitation.
 .
  

 
Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 00:09

Les Radicaux Valoisiens, actuels locataires du siège historique des Radicaux socialistes Lyonnais, ouvrent au public le bureau d'Edouard Herriot

Le bureau d'Edouard Herriot
23, Rue d'Algérie
69001 Lyon
  

Infos pratiques :
Le  Dimanche 20/09/09 de 10:00 à 17:00 
Entrée :  Entrée gratuite




La programmation est communiquée par les organisateurs. Elle est susceptible d'être modifiée.


Edition 2009 Des Journées du Patrimoine.
Visite libre et visite guidée.
"Mémoire d'une identité lyonnaise" : exposition de photographies représentant la vie quotidienne des Lyonnais de 1930 à 1950 par Blanc Demilly.
Conférences à 11h de Fabienne Lévy : "Patrimoine et lien social : rôle fédérateur" et "Comment peut-on jouer le rôle de médiateur ?"
Accessible aux personnes à mobilité réduite (partiel).

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 22:10

« Auguste Pinton,  fils d'un artisan en soierie, a été l'une des grandes figures du radicalisme lyonnais. Professeur agrégé d'histoire et de géographie, il était très lié à Edouard Herriot et il en fallut de peu qu'il lui succédât en 1957. Au premier tour des élections au conseil municipal, il était parvenu en seconde position (14 voix) derrière Félix Rollet, indépendant (16 voix), Jacques Soustelle, candidat des Républicain Sociaux, ne rassemblant que 7 voix. Avec 13 voix, les communistes étaient les arbitres de  la situation mais même contre la droite réactionnaire (Rollet) ils n'auraient jamais voté pour Pinton, qui professait, outre l'histoire, un anticommunisme virulent.

Louis-20Pradel.jpgC'est pourquoi, afin de ne pas laisser échapper la mairie, occupée durant un demi-siècle par Herriot, les Radicaux proposèrent la candidature de l'extrême « outsider » Louis Pradel, pour lequel les communistes acceptaient de voter. Même si cette alliance contre nature entraînait la défection d'un certain nombre de radicaux, Pradel fut finalement élu – à la majorité relative -  avec 27 voix. On devait vite s'apercevoir de l'inanité de ces subtilités et de ces susceptibilités car, aussitôt maire, l'imprévisible Louis Pradel déclarait le conseil municipal « apolitique » et appelait comme premier adjoint le très gaulliste Charles Béraudier ! »

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article

Etienne DOLET

 

Référencement