Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 17:06

Une contibution de notre vice président chargé de la mémoire nous propose ici un avant gout de ce que l'on pourrait appeler "l'âme" lyonnaise. Bernard l'appelle la"greffe" Radicale et l'on sent derrière ses paroles qu'il a encore beaucoup d'histoire(s) lyonnaise(s) à nous raconter... Une prochaine conférence du Cercle peut- être.....

                                                         Par André BERNARD-CORONT

Vice Président du Cercle Edouard Herriot en charge de la Mémoire

La richesse de Lyon, depuis l’origine repose sur quelques fondamentaux, tel l’accueil des étrangers : Souvent le Lyonnais emprunte et améliore une idée venue d’ailleurs. La ville a été crée par les Grecs et les Romains, dans une confluence (Condate en Gaulois) de village Gaulois , du côté de la Place Sathonay. Ces étrangers convertissent les Gaulois, à faire des contre façons d’amphores à leur demande. Le travail et l’argent ont toujours rythmé la ville, car le lyonnais est travailleur, mais le bémol étant que le travail était souvent « empôché » par ses donneurs d’ordre. L’aspect religieux est particulier à Lyon, car il s’accompagne d’une méfiance des hiérarchies. C’est un conflit entre le peuple et ses gouvernants. Les Princes Archeveques qui conduisirent le peuple à opter pour la France à l’époque de Louis XI, le domaine du religieux à Lyon, ne souffre pas l’exhibition ni le dogme variant pour chaque lyonnais avec depuis Cybèle un culte important rendu à la Déesse Cybèle et plus à Marie.

D’ailleurs toutes les hérésies ont eu une place à Lyon : les Cathares, les Vaudois, ancêtres des évangélistes amèneront les spirites et bien d’autres sans que pour cela l’anticléricalisme du peuple rentre en sommeil.

Lyon est une ville rebelle à l’autorité (révolte d’Alban, plus tard des révoltes contre le Prix des denrées ou le Prix du labeur (Révolte au Moyen-âge, la grande Rebeyne) à ce titre Lyon dépasse Paris en émeute du peuple.

Si les Lyonnais sont un mélange détonnant d’esprit critique et de rectitude dans le travail, la fronde se retrouve dans le théatre de Guignol. Si les Lyonnais prennent des risques pour certains prêtres réfractaires, leur religion ne les incitera jamais à rendre les biens d’Eglise saint et revendu. L’utilisation du clergé comme moyen de surveillance du peuple est éloquent. Dès le rattachement à la France, les Hospices Civils de Lyon et mis de l’église au Consulat. Les sœurs Hospitalières des HCL ne dépendent que du pape mais pour leurs rémunérations de la ville et des administrations. Toutes les sœurs, lorsqu’elles confirment leurs vœux perpétuels reçoivent une croix d’argent d’environ 300g, plus la chaine , un trousseau complet renouvelable à l’usure, un pécule, une sépulture individuelle et la retraite à 70 ans, dans une Maison adaptée. Le capitalisme dans la soierie est féroce, très souvent les Préfets prennent « fait et cause » pour les Canuts, voir leur rapport avant et après les révoltes. L’échec de ces révoltes va amener le prolétariat à s’organiser pour se désengager des autorités d’abord avec des coopératives de consommateurs. Les Mutuelles qui succèdent aux Confréries visibles dans le sanctuaire de St Bonaventure et qui donnera lieu au 1er Hopital et première Pharmacie Mutualiste .Lyon que ce soit l’Imprimerie, la Soierie puis plus tard la Mécanique de précision font que les Lyonnais sont finalement plus proches des Communards, comme Varlin eux -mêmes proches des travailleurs, des travailleurs en chambre ou dans des petites structures, c’est d’ailleurs ce qui va permettre, une reconversion rapide, lorsque le capitalisme sera éloigner de la soierie de lyon. L’avant-guerre de 1914 à 1920 verra 32 marques automobiles et la fabrication d’avions bombardiers (voisins et bien d’autres choses)

Mais si Lyon échappe totalement au Marxisme, c’est que son génie s’incarne dans un Socialisme de proximité, à travers des œuvres spécifiques tel le Crédit Municipal pour éviter l’usure (Gailleton) l’Hopital des Invalides du Travail, géré par la ville de Lyon maintenant Hopital Pierre Garraud. L’éviction de Lyon, de la Générale des Eaux trop chère et défaillante sur le contrat qui va faire du du service des eaux de Lyon, le 1° service de France en Régie Directe. L’œuvre des enfants des écoles.La création pour équiper la ville du barrage de jonage, force et lumière. Par la suite, ce sera la création des Ecoles d’art de la ville de Lyon, à travers la Martinière et l’école de la chambre des Métiers , la 1ère formation continue. L’Eglise va se réveiller tardivement, malgré des gens dévoués qui ont tiré le signal d’alarme : Pauline Jaricot, Ozanam, le curé d’Ars et le Père Chevrier. Les progrès du spiritisme de Alan Kardec vont l’obliger à axer une Pastorale en direction des pauvres avec Marius Garcin. Le Radical Socialisme va donc trouver un terreau propice pour des gens de valeur, tels Justin Godart ou Edouard Herriot ; Justin Godart mettra en place, les cercles d’éducation populaire, le principe de la journée de 8 heures et le repos dominical voulu par Jaurès. C’est le Président Herriot avec ses amis Bullukian et Charrial qui sera à l’origine de la plus grande SCOOP Européenne du bâtiment « l’avenir ». Lorsque les assurances sociales vont être crées à Lyon, Vivier Merle (1er secrétaire UD-CGT ) fera réaliser le bâtiment de la caisse du Travail à côté de la Bourse du Travail par une quinzaine de coopératives ouvrières. D’ailleurs la crise mondiale devrait faire réapparaitre l’initiative des coopératives car la transformation actuelle des bourses en casino ne peux conduire qu’à des dictatures tels Hitler ou Staline. Depuis 30 ans l’on a fait croire aux peuples que la mondialisation des profits bancaires et internationaux, de la misère et l’excacerbation de l’individu apporterait à l’humanité , sa plénitude . Jamais aucun Républicain de Progres tels Schoelcher , Gambetta , Godart et le Président Herriot n’ont promis des choses insensées , ils ont toujours dit qu’il appartenait au citoyen de se prendre en charge, par l’étude, l’énergie, la citoyenneté et le travail et qu’il ne pouvait y avoir de lendemain qui chantent politiquement, religieusement ou philosophiquement sans une participation de tous à la vie de la cité et du monde.

A.B-C. 2009



ABC

Partager cet article

Repost 0
Published by Ami d'Edouard - dans Mémoires
commenter cet article

commentaires

Etienne DOLET

 

Référencement